Lexique

A

  • Adénome : Tumeur bénigne développée aux dépens d’une glande ou de certaines muqueuses glandulaires. L’adénome a pour particularité de copier l’apparence et la structure de la glande sur laquelle elle se développe. Généralement sans danger, elle peut toutefois donner naissance à une tumeur cancéreuse : un adénocarcinome. Plus l’adénome est gros, plus les risques d’évoluer vers un adénocarcinome sont élevés. Dans certains cas, l’ablation chirurgicale de l’adénome à titre préventif peut être pratiquée.
  • Adénocarcinome : Type de cancer qui se développe à partir des glandes (sein, thyroïde, prostate,etc. ).
  • Adénopathie : Ganglion anormal qui a augmenté de taille, douloureux ou non. Un ganglion peut grossir pour des raisons autres qu’un cancer (infection par exemple).
  • Adjuvant : Se dit d’un traitement qui complète un traitement principal (Voir traitement adjuvant).
  • Affection de longue durée (ALD) : Affection dont le traitement implique des soins médicaux continus sur une durée supérieure à 6 mois. De plus, l’établissement de ces soins nécessite une organisation particulière des services médicaux et administratifs (hôpital, médecin traitant, Caisse d’Assurance Maladie…etc).
  • Alopécie : Chute temporaire des cheveux et/ou des poils partielle ou totale. La chimiothérapie peut provoquer l’alopécie
  • Anatomocytopathologie : Examen au microscope de cellules (cytologie) ou de tissus (histologie) de l’organisme.
  • Anatomocytopathologique : L’histologie établit de façon sûre le diagnostic de cancer. De plus, cet examen permet de déterminer le type de cancer dont il s’agit .
  • Anatomocytopathologiste : Médecin spécialiste qui examine des cellules et des tissus au microscope.
  • Anatomo-pathologiste : Médecin spécialisé dans l’étude des tissus et des cellules.
  • Anémie : Diminution du nombre des globules rouges dans le sang. Les symptômes de l’anémie sont la fatigue, des vertiges, une pâleur, un essoufflement. Elle peut être traitée par un apport en fer et en acide folique. En cas d’anémie sévère, une transfusion de globules rouges ou une injection de médicament favorisant leur production peuvent être prescrites.
  • Anesthésie : Acte qui consiste à endormir et à rendre insensible le patient (anesthésie générale) ou une partie du corps (anesthésie locale ou partielle) pendant une intervention chirurgicale.
  • Angiographie : Radiographie des vaisseaux après injection d’un liquide opaque aux rayons X.
  • Antécédent médical ou chirurgical : Maladie ou opération déjà subie.
  • Anticorps : Molécule biologique naturelle défensive sécrétée par certains globules blancs en réponse à la stimulation par un antigène et concourant au mécanisme de l’immunité. (voir Antigène)
  • Anticorps monoclonal : Molécule de thérapie ciblée qui bloque spécifiquement, au niveau des cellules cancéreuses, un mécanism biochimique conduisant à leur prolifération
  • Anti-aromatase (ou inhibiteur de l’aromatase) : Substance qui bloque l’action d’une enzyme (l’aromatase) impliquée dans la production d’oestrogènes chez les femmes ménopausées et empêchant ainsi la stimulation des cellules cancéreuses par ces mêmes œstrogènes.
  • Anticoagulant : Médicament qui empêche la coagulation du sang et donc, favorise les saignements, notamment lors de piqûres ou de prélèvements.
  • Anti-émétique : Médicament visant à prévenir et à traiter les nausées et vomissements liés aux traitements du cancer (chimiothérapie, radiothérapie).
  • Anti-fongique : Qui agit contre les infections provoquées par les champignons
  • Antigène : Substance qui, introduite dans un organisme, stimule la formation d’anticorps, qui ensuite la neutralisera. (voir Anticorps)
  • Anti-oestrogènes : Substance qui empêche l’action des oestrogènes au niveau même de la cellule cancéreuse (blocage des récepteurs aux oestrogènes à la surface des cellules). Privées de leur principale stimulat ion, les cellules cancéreuses se mettent au repos.
  • Aplasie : Effet secondaire temporaire de certains médicaments de chimiothérapie, entrainant une diminution des globules blancs, accompagnée d’une baisse des autres éléments du sang (globules rouges et plaquettes)
  • Asthénie : état général d’épuisement, d’abattement, de manque d’énergie et de fatigue non soulagée par le repos.
  • Axillaire : Au niveau d’une aisselle. Les ganglions axillaires sont les ganglions situés sous les bras.

B

  • Bilan : Évaluation de l ‘état de santé d’une personne. Au terme de ce bilan, le médecin dispose de renseignements qui lui permettent de proposer un traitement adapté à la situation.
  • Bilan d’extension : Recherche l’étendue du cancer et la présence ou non de métastases dans d’autres organes.
  • Bilan diagnostique : A pour but de déterminer s’ il s’agit ou non d’un cancer et d’en identifier le type.
  • Bilan local : Recherche  l’étendue du cancer dans l’organe atteint par les cellules cancéreuses.
  • Bi latéral : Qui concerne les deux cotés (par exemple les deux seins ou les deux ovaires).
  • Biopsie : Prélèvement d’un fragment de tissu. Ce prélèvement est réalisé sous anesthésie locale ou générale par un médecin qui enlève un petit morceau de tissu afin de l’analyser au microscope.

C

  • Cancer : Maladie provoquée par la transformation de cellules qui deviennent anormales et prolifèrent de façon excessive. Ces cellules déréglées finissent par former une masse qu’on appelle tumeur maligne. Les cellules cancéreuses ont tendance à envahir les tissus voisins en se détachant de la tumeur primitive. Elles migrent alors par les vaisseaux sanguins et les vaisseaux lymphatiques pour aller former ailleurs une autre tumeur appelée métastase.
  • Cancérologue (Oncologue) : Médecin spécialiste du cancer.
  • Carcinome : (Voir cancer)
  • Casque réfrigérant : Bonnet souple utilisant le froid pour éviter la chute des cheveux liée à certaines chimiothérapies. Il est porté durant le temps de la perfusion.
  • CBNPC (ou Cancer Bronchique Non à Petites Cellules) : Une des principales classes de cancer du poumon (l’autre est appelée « cancer bronchique à petites cellules »). Il existe trois grands sous-types de CBNPC : l’adénocarcinome, le carcinome épidermoïde et le carcinome à grandes cellules.
  • CBNPC avancé : Cancer bronchique non à petites cellules qui s’est disséminé vers les régions avoisinantes du corps.
  • CECOS (Centre d’Etude et de Conservation des oeufs et du sperme) : Organisme où l’on peut déposer son sperme et qui le conserve avant un traitement susceptible d’entrainer une stérilité.
  • Cellule : Élément visible au microscope dont est constitué tout organisme vivant. Plantes et animaux sont composés de cellules très différentes qui se multiplient, meurent et se renouvellent. Les cellules cancéreuses sont des cellules qui se sont modifiées et multipliées de façon anormale. Voir cancer.
  • Cellules gliales : Cellules formant l’environnement neuronal. Elles sont aussi dénommées sous le terme de glie signifiant glu. Ces cellules représentent 90 % des cellules du cerveau et 50 % du volume cérébral. Le rôle de ces cellules est de créer un environnement favorable pour les neurones (nutrition, protection contre les pathogènes, réparation des lésions, renouvellement cellulaire, etc…).
  • Chambre implantable : Tuyau souple et fin introduit dans une veine af in d’y injecter un produit ou des médicaments. Un cathéter permet aussi de faire une prise de sang. Sa mise en place améliore le confort du patient qui n’a pas besoin de subir une piqûre à chaque injection. Il diminue le risque d’abîmer les veines et facilite les perfusions de chimiothérapie.
  • Chimio sensible : Se dit d’une tumeur cancéreuse qui réagit aux médicaments de chimiothérapie, notamment lorsque sa taille diminue sous l’ effet de la chimiothérapie.
  • Chimiothérapeute : Médecin spécial iste des t rai tements par chimiothérapie, appelé aussi oncologue médical.
  • Chimiothérapie : Traitement général du cancer à l ‘aide de médicaments anticancéreux, qui visent à détruire les cellules cancéreuses ou à les empêcher de se multiplier. Ils sont administrés le plus souvent par perfusion et parfois sous forme de comprimés (chimiothérapie orale) . La chimiothérapie est appelée chimiothérapie adjuvante lorsqu’elle est proposée en traitement complémentaire après un traitement principal (une chi rurgie par exemple). Elle est appelée chimiothérapie néoadjuvante si elle est réalisée avant un traitement chirurgical.
  • Chirurgie conservatrice : Opération destinée à corriger ou rétablir une forme du corps ou une fonction proche de la normale (chirurgie de reconstruction).
  • Clip : Petite agrafe métallique utilisée couramment en chirurgie pour stopper un saignement ou repérer un endroit précis sur des radiographies. Le clip n’est pas incompatible avec une IRM.
  • Coelioscopie / Laparoscopie : Examen de la cavité abdominale à l ‘aide d’un appareil appelé endoscope. Cet appareil permet de visualiser l’ intérieur du corps. L’ introduction du matériel se fait par trois petites incisions près du nombril.
  • Coloscopie : Examen visuel de l’intérieur du côlon au moyen d’un tube flexible pourvu d’un appareillage optique.
  • Conisation : Intervention chirurgicale consistant en l’ablation d’un fragment du col de l’utérus en forme de cône. Le tissu prélevé sera ensuite analysé en laboratoire d’anatomopathologie.
  • Consentement éclairé : Accord qu’un patient doit donner au médecin après avoir été informé des complications et des risques éventuels que présente une intervention. Cet accord est signé sur un document écrit . Le consentement éclairé est également recueilli dans le cadre d’une participation à un essai thérapeutique.
  • Cryothérapie : Traitement local qui détruit les cellules cancéreuses par un froid intense. Guidé par une échographie, le médecin insère des aiguilles dans la prostate au travers de la peau afin de congeler la tumeur entre – 40° à – 60 °C. Sous l’action du froid, les cellules cancéreuses se rompent et meurent.
  • Curage axillaire : Voir curage ganglionnaire.
  • Curage ganglionnaire : Opération chirurgicale qui consiste à enlever une partie des ganglions af in d’examiner s’ ils sont atteints par des cellules cancéreuses. Le curage axillaire consiste à enlever une part ie ou l ‘ensemble des ganglions situés sous les aisselles (ganglions axillaires). Le curage axillaire diminue ou ralentit la circulation de la lymphe au niveau de la région du sein opéré et du bras ( lymphoedème).
  • Curiethérapie : Modalité de radiothérapie, nécessitant une hospitalisation en secteur protégé, pratiquée au moyen de petites sources radioactives placées temporairement au contact des zones à traiter.
  • Cytologie : Technique d’examen qui permet d’observer des cellules au microscope et de rechercher des cellules anormales (cellules cancéreuses par exemple). On parle aussi d’examen cytopathologique.
  • Cytoponction : Acte qui consiste à introduire une aiguille très f ine à travers la peau af in d’aspirer avec une seringue des cellules d’une anomalie. Ces cellules sont ensuite analysées au microscope par un médecin spécialiste appelé cytopathologiste.

D

  • Dépistage : Recherche systématique, chez une personne en bonne santé apparente, de signes ou de symptômes traduisant une maladie.
  • Dépression : État de profonde tristesse, accompagné de perte de désir et d’ intérêt pour le monde environnant, et parfois de troubles de l’appétit et du sommeil.
  • Desquamation : désigne la perte des couches superficielles de l’épiderme sous formes de petites pellicules appelées squames. Le terme d’exfoliation est aussi utilisé.
  • Diagnostic : Démarche qui identifie la maladie à l’origine des signes ou des symptômes ressentis ou observés par le patient. Le diagnostic permet de reconnaître la maladie dont le patient souffre. (Voir bilan)
  • Dispositif d’annonce : Dispositif destiné à informer le patient du diagnostic ou d’une éventuelle rechute, ainsi que des traitements envisagés, au cours de plusieurs consultations médicales et paramédicales. Il vise également à permettre au patient d’être pris en charge par différents professionnels : psychologue, diététicien, travailleur social…
  • Dose standard : Dose reconnue efficace par la recherche médicale et proposée de façon systématique dans une situation donnée.
  • Drainage lymphatique : Drainages manuels ou mécaniques (pressothérapie) ef fectués pour améliorer une circulation lymphatique déficiente ou engorgée. (voir Lymphatique, lymphoedème).

E

  • Échographie : Technique d’examen qui montre des images d’une partie du corps ou de certains organes à l ‘aide d’ultrasons. Il s’agit d’un examen d’ imagerie. Une échographie du sein s’appelle une échographie mammaire.
  • Éducation thérapeutique : Ensemble d’actions proposées aux patients tout au long d’une maladie. Ces actions ont pour but d’aider les patients et leurs proches à mieux comprendre la maladie et ses traitements, de participer aux soins de façon plus active et de favoriser un retour à une vie normale. La notion d’éducation thérapeutique recouvre un large champ qui va de l ‘aide psychologique et sociale à l’ information sur la maladie et ses traitements, en passant par l’organisation et la façon dont les soins se déroulent à l ‘hôpital.
  • Effet secondaire : Les traitements ont pour but de soigner le cancer. Parfois, ils entraînent des conséquences désagréables pour le malade qu’on appelle des effets secondaires. Il y a deux types d’effets secondaires : les effets secondaires immédiats et les effets secondaires tardifs. Les effets secondaires immédiats sont des effets à court terme : nausées, perte de cheveux, etc. Temporaires, ils disparaissent généralement après la fin des traitements. Les effets secondaires tardifs sont des effets à long terme : gonflement du bras, cicatrice douloureuse, etc. Certains effets secondaires peuvent persister longtemps après l’arrêt des traitements, parfois jusqu’à la fin de la vie. Ils sont alors appelés séquelles. Si les effets secondaires sont fréquents, ils n’apparaissent pas de façon obligatoire ni systématique. Ils dépendent des traitements reçus, des doses administrées, du type de cancer et de la façon dont chacun réagit aux traitements.
  • Électrocardiogramme : Examen destiné à vérifier le bon fonctionnement du cœur. Abrégé parfois en ECG.
  • Électron : un des constituants fondamentaux de la matière, chargé négativement. Il peut être émis par des appareils appelés accélérateurs de particules pour être utilisé en radiothérapie.
  • Endomètre : Muqueuse de l ‘utérus.
  • Endométriose : Tumeur bénigne qui se développe à partir de l’endomètre en dehors de l ‘utérus (sur l’ovaire, le péritoine).
  • Endoscope : Appareil optique muni d’un dispositif d’éclairage. Cet appareil, introduit dans une cavité de l’organisme, permet de l ‘examiner.
  • Endo-urologie : Ensemble des techniques de chirurgie urologique passant par les voies naturelles
  • Erythème : Rougeur de la peau. On parle souvent d’érythème cutané.
  • Érythropoïétine (EPO) : c’est une hormone fabriquée naturellement dans l’organisme par les reins. Elle stimule la fabrication des globules rouges dans le sang. Le génie génétique permet de fabriquer un composé proche de l’EPO humaine qui peut être prescrit contre l’anémie.
  • Essai thérapeutique : Étude qui vise à tester et à évaluer de nouveaux traitements afin de les comparer aux traitements habituellement utilisés dans une situation particulière. Un essai thérapeutique est réalisé uniquement si le nouveau traitement peut apporter un avantage par rapport aux traitements habituellement utilisés meilleures chances de guérison, diminution des effets secondaires, amélioration de la qualité de vie).
  • Évolution : Un cancer commence par le développement d’une ou plusieurs cellules cancéreuses. Ces cellules se multiplient et forment une tumeur qui se présente en boule. Quand les cellules cancéreuses restent dans l ‘organe d’origine, on parle d’évolution ou d’extension locale du cancer. Plus les cellules se multiplient, plus la boule grossit . Elle risque alors de laisser échapper des cellules cancéreuses vers d’autres endroits de l’organisme. Lorsque les cellules s’échappent et se propagent à l’extérieur de l’organe d’origine le sein par exemple, on parle d’extension à distance du cancer. Si les cellules cancéreuses atteignent des ganglions sous les aisselles, on parle d’évolution régionale. Lorsqu’on retrouve des cellules cancéreuses dans d’autres organes (foie, os, poumons, etc. ), on parle d’évolution métastatique. Voir métastases. Le cancer est classé selon son extension, c’est-à-dire son stade d’évolution.
  • Examen anatomocytopathologique : voir anatomocytopathologie.
  • Examen anatomopathologique/anapath : Voir histologie.
  • Examen clinique : Examen physique d’un patient par un médecin palpation, auscultation, etc…
  • Examen extemporané : Examen au microscope réalisé par l’ anatomocytopatologiste au cours d’une intervention. Les résultats de cet examen, immédiatement disponibles, permettent au chirurgien d’adapter le type de chirurgie au cours de cette même opération. L’examen extemporané ne remplace pas l’examen anatomopathologique réalisé systématiquement après l ‘opération.
  • Examen microscopique : Examen au microscope de cellules ou de tissus.
  • Examen radiologique : Examen qui permet d’obtenir des images d’une partie du corps ou des organes. Ce sont des examens d’ imagerie. Il existe différents types d’examens radiologiques : mammographie, échographie, scanner, IRM.
  • Exérèse : Opération chirurgicale par laquelle le chirurgien enlève une tumeur ou un organe.

F

  • Facteur de croissance : Substance favorisant la croissance des cellules (EPO, GCSF).
  • Facteur de risque : Élément qui peut favoriser le développement d’un cancer ou sa rechute (exemple : tabac, obésité,…).
  • Fibrome : Tumeur bénigne.
  • Fibroscopie : technique d’exploration des bronches avec un tube souple de petit diamètre, muni d’un système optique. Ce tube, le fibroscope, est introduit par les voies naturelles ou par une petite incision. Il permet d’examiner l’intérieur des bronches et d’y faire des prélèvements.
  • Frottis cervico-utérin : Prélèvement par léger frottement de cellules à la surface du col de l’utérus à l’aide d’un coton-tige adapté ou d’une petite brosse pour analyse en laboratoire d’anatomopathologie.

G

  • Ganglion : Petit renflement réparti le long des vaisseaux lymphatiques et dispersé dans certaines parties du corps. Les ganglions jouent un rôle essentiel dans la protection du corps contre les infections ou les cellules cancéreuses. Ils sont soit superficiels (dans le cou, l ‘aisselle, l ‘aine), soit profonds (dans l ‘abdomen, le thorax). Ils mesurent normalement moins d’un centimètre de diamètre. Si leur taille est anormale, on parle d’adénopathie.
  • Ganglion sentinelle : Premier ganglion lymphatique régional susceptible d’être atteint.
  • Gène : élément d’un chromosome constitué d’ADN. L’homme possède environ 30 000 gènes qui contiennent des informations sur son identité, lui permettent de transmettre ses particularités à sa descendance et font fonctionner normalement ses cellules. Il arrive que certains gènes présentent des anomalies. Le programme de fonctionnement de la cellule est alors déréglé et celle-ci se comporte de façon anormale.
  • Glande : Organe ayant pour fonction de produire différentes substances. La plupart des glandes sécrètent la substance qu’elles produisent vers l ‘extérieur du corps. On parle alors de glandes exocrines : la glande mammaire (sein) fabrique du lait , les glandes salivaires fabriquent la salive. Certaines glandes produisent des hormones (par exemple les ovaires, la thyroïde) qu’elles sécrètent dans le sang. On parle alors de glandes endocrines.
  • Globules blancs : Cellules du sang et de la lymphe qui combattent les infections.
  • Globules rouges : ils sont l’un des constituants du sang et leur principale fonction est de transporter l’oxygène. Ces cellules sont produites par la moelle osseuse et ont une durée de vie de 120 jours dans l’organisme humain.
  • Grade : Degré d’agressivité (de malignité) d’une tumeur. C’est l ‘examen microscopique qui établit le grade. Il permet d’adapter le traitement en liaison avec les autres caractéristiques de la tumeur.
  • Guérison : Disparition des signes et des symptômes d’une maladie, retour à une bonne santé. Dans le cas du cancer, on parle de guérison dès lors que toute trace du cancer a disparu.

H

  • HAD (hospitalisation à domicile) : L’HAD offre au patient la possibilité de bénéficier d’un personnel soignant tout en restant à domicile.
  • Hématome : Accumulation localisée de sang dans un tissu sous la peau : le sang forme un « bleu ».
  • Hémoglobine : c’est une grosse molécule située à l’intérieur des globules rouges du sang qui lui confère sa couleur rouge. Grâce au fer qu’elle contient, cette protéine fixe l’oxygène de l’air arrivant dans les poumons et le transporte par la voie sanguine vers les cellules de tous les organes et tissus de l’organisme.
  • Hémogramme : Examen consistant à compter le nombre des différentes cellules présentes dans le sang.
  • Histologie : Technique qui permet d’analyser au microscope des fragments de tissus prélevés au niveau d’une anomalie (boule dans le sein par exemple). Cette technique permet de confirmer ou d’éliminer le diagnostic de cancer de façon définitive. On parle aussi d’examen histopathologique. Voir anatomocytopathologie.
  • Hôpital de jour : Structure d’accueil spécialisée pour une hospitalisation qui dure moins de 12 heures.
  • Hormone : Substance produite par des glandes endocrines. Les hormones agissent sur le développement ou le fonctionnement d’un organe. Les hormones importantes dans le cas du cancer du sein sont les œstrogènes.
  • Hormono-dépendant : Se dit d’une tumeur susceptible de répondre à une hormonothérapie compte tenu, par exemple, du taux de récepteurs hormonaux qu’elle contient .
  • Hormono-sensible : Se dit d’un cancer sensible au traitement par hormonothérapie. On peut prévoir à l ‘avance si un cancer est hormonosensible ou hormonodépendant par le dosage des récepteurs hormonaux.
  • Hormonothérapie : Traitement adjuvant du cancer du sein. Comme la chimiothérapie, l’hormonothérapie est un traitement général du cancer. Il vise à réduire le risque de rechute métastatique soit en supprimant l’activité des ovaires, soit en administrant des médicaments anti-hormones qui entrent en compétition avec les hormones naturelles.

I

  • Implant mammaire : Pochette ronde ou ovoïde insérée sous la peau du muscle, afin de redonner la forme du sein.
  • Immunothérapie : Traitement visant à stimuler les défenses naturelles du corps ou à base d’anticorps spécifiquement dirigés vers une cible définie. Dans le cadre du traitement du glioblastome, des résultats encourageants ont été obtenus en essais cliniques avec des molécules agissant contre la vascularisation des tumeurs et donc leur croissance (on parle de traitements anti-angiogéniques).
  • Infection : Maladie causée par la pénétration de germes dans l ‘organisme.
  • Infiltrant : On parle de cancer infiltrant lorsque les cellules cancéreuses ont envahi les couches de tissus voisines.
  • Invasif : Voir infiltrant.
  • ln si tu : On utilise le latin in si tu (« resté en place ») pour parler d’un cancer dont les cellules demeurent dans le tissu dans lequel elles se sont développées.
  • Irradiation : action de soumettre le corps ou une de ses parties à des rayons.
  • IRM : Imagerie par Résonance Magnétique. Technique d’examen qui montre des images d’une partie du corps ou des organes. Comme le scanner, l’ IRM permet d’obtenir des images précises de plusieurs régions du corps.

K

  • Kinésithérapie : Discipline paramédicale qui utilise les mouvements à des f ins de rééducation.
  • Kyste : Anomalie contenant une substance liquide. Il s’agit la plupart du temps d’une anomalie bénigne.

L

  • Laparoscopie  : Voir Coelioscopie.
  • Laparotomie : Ouverture de l’abdomen au cours d’une opération chirurgicale.
  • Leucopénie : Baisse du nombre des globules blancs.
  • Lymphatique : Réseau de petits vaisseaux qui transportent la lymphe. L’ensemble de ces vaisseaux et des ganglions forme le système lymphatique.
  • Lymphe : Liquide produit par le corps dans lequel baignent les cellules. Comme le sang, la lymphe circule dans des vaisseaux appelés vaisseaux lymphatiques. C’est la lymphe qui transporte et évacue les déchets des cellules.
  • Lymphoedème : Gonflement du bras qui peut apparaître à la suite d’un curage axillaire.
  • Lymphocytes : Cellules fabriquées dans la moelle osseuse. Ils s’attaquent aux virus, bactéries mais aussi aux cellules anormales ou cancéreuses. On distingue les lymphocytes B, qui produisent les anticorps et les lymphocytes T aux rôles plus divers.

M

  • Mammectomie : Ablation complète du sein (synomyme de mastectomie).
  • Mammographie : Examen radiologique du ou des seins. La mammographie permet d’étudier la glande mammaire et de détecter certaines anomalies.
  • Mammotome : Nom commercial donné à un dispositif de prélèvement qui réalise une aspiration au travers d’une aiguille placée au niveau de l’anomalie que l’on veut analyser.
  • Manipulateur de radiologie : Personne qui assiste le radiologue dans la réalisation des examens radiologiques. C’est un technicien diplômé spécialement formé en imagerie médicale. Sa fonction est différente de celle du manipulateur de radiothérapie.
  • Manipulateur de radiothérapie : Technicien responsable du maniement des appareils de radiothérapie. Il est aussi chargé de veiller au bon déroulement de la séance de radiothérapie.
  • Marge de sécurité : Zone que le chirurgien enlève autour de la tumeur lors d’une chirurgie conservatrice. Cette marge de sécurité permet de limiter le risque de récidive.
  • Marqueur tumoral : Certaines cellules du corps produisent et libèrent dans le sang des substances particulières. Les cellules de certains cancers peuvent libérer des quantités plus ou moins importantes de ces substances. Pour cette raison, ils sont appelés marqueurs tumoraux. On les dose par une simple prise de sang.
  • Masseur-kinésithérapeute : Personne qui utilise les mouvements à des fins de rééducation.
  • Mastectomie : Opération chirurgicale qui consiste à enlever un sein dans sa totalité pour traiter un cancer du sein. On par le dans ce cas de mastectomie totale. S’ il s’agit d’enlever seulement la tumeur ou une partie du sein, on parle de tumorectomie ou quadrantectomie. Voir traitement conservateur.
  • Médiastin : espace compris entre les deux poumons et divisé en deux parties par les replis des plèvres : le médiastin antérieur contient le coeur et le thymus ; le médiastin postérieur renferme l’oesophage, l’aorte et le canal thoracique.
  • Mélanocyte : Cellule qui pigmente la peau.
  • Ménopause : Arrêt définitif du fonctionnement des ovaires, entraînant la suppression des règles. La ménopause peut-être naturelle ou liée à un traitement (ablation des ovaires, chimiothérapie, radiothérapie).
  • Métastase : Migration de cellules cancéreuses qui proviennent d’une tumeur primaire et qui se développent dans un autre organe. On parle aussi de maladie métastatique, de cancer généralisé ou de localisation secondaire du cancer.
  • Microcalcification : Petit dépôt calcaire dans le sein, visible sur une mammographie. Certaines microcalcifications peuvent être le signe d’un cancer du sein.
  • Mucite buccale : Inflammation des muqueuses, menbranes qui tapissent les cavités de l ’organisme. La chimiothérapie peut provoquer une mucite buccale temporaire. Elle est parfois douloureuse.
  • Mutation : Modification de l’information génétique dans le génome d’une cellule ou d’un virus.
  • Mycose : Affection provoquée par des champignons microscopiques. Les mycoses peuvent atteindre la peau, les orteils, les ongles, le cuir chevelu, ainsi que le coeur, le foie, l’estomac, l’utérus, etc…

N

  • Néo-adjuvant : Traitement administré avant un traitement local d’une tumeur.
  • Neutropénie : Baisse plus ou moins importante du nombre de globules blancs.
  • Numération formule sanguine (NFS) : Examen qui, à la suite d’une prise de sang, vise à compter les différents composants du sang (globules rouges, globules blancs, plaquet tes) afin de déterminer si leur nombre est suffisant.

O

  • Occlusion intestinale : Arrêt partiel ou total de l’activité intestinale au niveau de l’intestin grêle ou du côlon. Elle est souvent rencontrée après une intervention chirurgicale au niveau de l’intestin. On parle alors d’occlusion intestinale mécanique.
  • Œdème : gonflement indolore et sans rougeur, au niveau de la peau, qui garde quelques temps l’empreinte du doigt.
  • Œstrogène : Hormone produite par les ovaires.
  • Oncologie génétique : Spécialité qui étudie les facteurs héréditaires pouvant favoriser le développement de certains cancers.
  • Oncologue : Cancérologue plus particulièrement spécialisé dans les traitements du cancer par chimiothérapie ou radiothérapie.
  • Options thérapeutiques : On parle d’options thérapeutiques lorsque, pour une même situation, plusieurs traitements sont possibles. Les essais thérapeutiques n’ont pas identifié de traitement qui présente plus d’avantages par rapport aux autres. Voir standard.
  • Ovaire : Glande féminine dans laquelle se développent les ovules et qui produit des hormones.
  • Ovule : Cellule reproductrice de la femme susceptible d’être fécondée par les spermatozoïdes.

P

  • Perfusion : Injection en goutte à goutte de médicament liquide dans les veines (lors d’une chimiothérapie par exemple).
  • Phlébite : Inflammation d’une veine, pouvant provoquer un caillot de sang.
  • Photons : type de rayon utilisé en radiothérapie, de même nature que la lumière et doté d’une grande énergie, ce qui le rend capable de pénétrer à l’intérieur du corps.
  • Physicien : Voir radiophysicien.
  • Plan thérapeutique : Ensemble de différents traitements dans un ordre bien défini.
  • Plaquette : Composant du sang permet tant la coagulation.
  • Plèvre : Membrane qui tapisse le thorax et enveloppe les poumons. La plèvre est constituée de deux feuillets.
  • Pneumothorax : Présence anormale d’air dans la plèvre.
  • Polype : Bourgeonnement de tissu qui se développe sur les parois des muqueuses de l’organisme. La fréquence d’apparition des polypes augmente avec l’âge et également en cas d’antécédents familiaux ou personnels. La majorité des polypes sont bénins, c’est-à-dire non cancéreux.
  • Polypectomie : Ablation totale d’un polype pratiquée lors d’un examen par coloscopie. En pratique, la base du polype est coupée à l’aide une anse métallique dans laquelle circule un courant électrique qui va cautériser la plaie. Le polype excisé est ensuite analysé en laboratoire
  • Ponction : Geste consiste à introduire une aiguille dans une partie du corps afin de prélever du tissu, des cellules, du liquide ou du sang, en fonction du type d’analyses à réaliser. En cas de prélèvement de cellules, on parle de ponction cytologique; en cas de prélèvement de tissu, on parle de biopsie.
  • Progestérone : Hormone produite par les ovaires.
  • Programme Personnalisé de Soins (PPS) : Description du traitement particulier proposé à chaque patient. Ce programme est élaboré au cour d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire et soumis au patient lors d’une consultation spécifique dans le cadre du dispositif d’annonce. A l’ issue de cette consultation, le médecin remet un document qui indique le ou les traitements à réaliser, leur durée, le lieu et les dates prévisibles auxquel les ils doivent se dérouler.
  • Prothèse : Dispositif mis en place pour remplacer un organe absent ou que l’on a enlevé (prothèse qui remplace un sein par exemple). Voir aussi reconstruction.
  • Protocole : Description précise des conditions et du déroulement d’une étude ou d’un traitement. Un protocole de chimiothérapie a pour but de spécifier les noms et les doses de médicaments, le nombre de cures, etc.
  • PSA (abréviation de l’anglais Prostatic Specific Antigen) : Substance libérée dans le sang par la prostate. Une prise de sang permet de déterminer sa concentration qui se mesure en nanogrammes par millilitre (ng/ml).

R

  • Radiographie : Technique d’examen qui permet d’obtenir des images d’une partie du corps à l’aide de rayons X. Il s’agit d’un examen d’ imagerie. Une mammographie est une radiographie du sein. Voir radiologie.
  • Radiologie : Spécialité médicale qui utilise des rayons X et d’autres rayons pour obtenir des images d’une partie du corps ou des organes (radiographie, échographie1 et/ou pour traiter des maladies, et notamment les cancers (radiothérapie).
  • Radiologue : Médecin spécialiste dans la réalisation et l’interprétation des examens de radiologie.
  • Radio-physicien : Médecin spécialiste des appareils de radiothérapie ou de radiologie. Il choisit en concertation avec le radiothérapeute les modalités précises du traitement, notamment la durée et la bonne répartition des doses prescrites.
  • Radiothérapeute : Médecin spécialiste du traitement des cancers par radiothérapie.
  • Radiothérapie : Traitement du cancer par des rayons qui détruisent les cellules cancéreuses ou stoppent leur développement. Les rayons sont dirigés directement vers la tumeur et parfois, sur certains ganglions reliés à l ’organe atteint. La radiothérapie est un traitement local.
  • Rayons : Particule ou onde invisible qui détruit les cellules lors d’une radiothérapie. Les rayons utilisés sont de plusieurs types : proton, neutrons, électrons, photons…
  • Rayons X : Rayon de lumière invisible. Les rayons X, appelés aussi photons, sont utilisés selon leur puissance pour réaliser des examens d’imagerie ou une radiothérapie
  • RCP ( Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) : Réunion régulière entre professionnels de santé (clinicien, chirurgien, radiothérapeute, chimiothérapeutes,…), au cours de laquelle sont discutés la situation d’un patient, les traitements possibles ainsi que l’évaluation de la qualité de vie qui va en résulter.
  • Réadaptation : Retour à la vie normale dans toutes ses dimensions (physique, psychologique, sexuelle, professionnelle et sociale) après une maladie, un cancer par exemple.
  • RE+ Ou REces : Termes désignent la présence ou l’absence de récepteurs aux oestrogènes au niveau de la tumeur. Le dosage de ces récepteurs permet de déterminer le degré de dépendance de la tumeur vis-à-vis des oestrogènes pour sa croissance. Voir marqueurs.
  • Récepteur hormonal : Substance située à l’ intérieur des cellules qui détecte et capte les hormones dans la circulation sanguine. Toutes les cellules cancéreuses ne possèdent pas de récepteurs hormonaux. Le pathologiste réalise un dosage des récepteurs hormonaux sur un fragment de tissu de la tumeur afin de savoir s’ ils sont présents sur les cellules. Lorsqu’un cancer contient des récepteurs hormonaux, les hormones peuvent se fixer sur les cellules de la tumeur. La tumeur est alors sensible à l’action des hormones. On dit que la tumeur est hormonosensible (ou hormonodépendante). Elle peut-être traitée par hormonothérapie.
  • Rechute : Réapparition des signes ou des symptômes signalant la présence du cancer. Cette réapparition peut survenir très tôt après les traitements mais aussi après une longue période de guérison apparente.
  • Recommandation : Lorsqu’ il existe plusieurs traitements possibles (options) pour traiter un cancer, une recommandation précise les situations d’utilisation sur la base des études scientifiques.
  • Reconstruction : Opération chirurgicale qui vise à remplacer ou à réparer le sein opéré. Voir traitement conservateur et mastectomie.
  • Rémission : Diminution, voire disparition des signes ou des symptômes du cancer.
  • Réseau : Organisation qui vise à coordonner les acteurs de soins autour du patient. Lorsqu’ il s’agit de la prise en charge des patients atteints de cancer, on parle de réseau de cancérologie.
  • Résection intestinale : Ablation chirurgicale au niveau de l’intestin, partielle ou totale, permettant d’enlever la tumeur. Dans le cas d’une résection du côlon, on parle de colectomie. L’intestin grêle (iléon) est alors directement raccordé à la partie haute du rectum. Quand la résection est réalisée au niveau de l’iléon, il s’agit d’une iléoctomie.

S

  • Scanner (tomodensitométrie) : Examen qui permet d’obtenir des images du corps à l’aide de rayons X. C’est un type de radiographie dont les images sont reconstituées par ordinateur et grâce auxquelles on procède à une analyse précise de différentes régions du corps.
  • Scintigraphie : Technique d’examen qui permet d’obtenir des images du corps. Cette technique d’imagerie utilise des produits faiblement radioactifs non toxiques, des traceurs, qui sont injectés, puis repérés sur un écran. Cet examen permet de déceler certaines tumeurs ou des métastases.
  • Scintigraphie osseuse : Technique d’examen qui montre des images du squelette osseux. Cette technique d’ imagerie utilise des produits faiblement radioactifs qui, une fois injectés, se fixent temporairement sur les os.
  • Soins de support : Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades tout au long de la maladie conjointement aux traitements oncologiques.
  • Stéréotaxie : Technique de guidage par radiographie lors d’une biopsie.
  • Stomie : Ouverture chirurgicale, temporaire ou permanente, pratiquée au niveau du côlon ou du rectum (colostomie) ou de l’iléon (iléostomie) permettant le raccordement d’une poche pour l’évacuation des selles.
  • Symptôme : Ensemble de signes provoqué par une maladie (gêne, douleur, brûlure, sensation d’étouffement, fièvre… etc.). Un symptôme peut être ressenti d’une façon différente d’un patient à l’autre.
  • Système lymphatique : système qui participe au système immunitaire de défense de l’organisme contre les infections et autres maladies. Constitué de vaisseaux, de tissus et d’organes, le système lymphatique fabrique et transporte les lymphocytes dans la lymphe.

T

  • Testostérone : hormone produite par le testicule agissant sur le développement des organes génitaux et des caractères sexuels secondaires mâles.
  • TEP( tomographie par émission de positions) : Examen qui permet d’obtenir des images précises du corps en coupes fines grâce à un traceur, un produit faiblement radioactif. Ces images sont reconstituées en trois dimensions sur un écran d’ordinateur.
  • Thérapie ciblée : traitement à l’aide de médicaments qui, selon leur cible, visent à freiner ou à bloquer la croissance de la cellule cancéreuse, en l’affamant, en provoquant sa mort, en dirigeant le système immunitaire contre elle ou en l’incitant à redevenir normale.
  • Thrombopénie : Diminution du nombre des plaquettes.
  • Tissu : Ensemble de cellules identiques qui ont une même fonction (tissu musculaire, tissu osseux par exemple).
  • Traitement adjuvant : Complément d’un traitement principal.
  • Traitement conservateur : Opération chirurgicale qui retire uniquement la tumeur et permet de conserver l’organe atteint (le sein par exemple). Voir chirurgie conservatrice, tumorectomie.
  • Traitement local ou loco-régional : Traitement qui consiste à retirer ou à agir directement sur la tumeur ou sur la région où elle est située. Le but de ce type de traitement est d’éliminer toutes les cellules cancéreuses dans la région de la tumeur. La chirurgie et la radiothérapie sont des traitements loco-régionaux du cancer.
  • Traitement Standard : Traitement qui a été validé par des essais thérapeutiques. Ces études ont montré que, pour une même situation, les bénéfices de ce traitement sont clairement supérieurs à ceux des autres traitements. le traitement standard est proposé de façon systématique dans une situation donnée. Il peut arriver que le médecin ne puisse pas appliquer le traitement standard du fait de facteurs particuliers liés à la patiente ou à sa maladie. Le médecin propose alors un ou plusieurs traitements mieux adaptés à la situation.
  • Tumeur : Voir cancer.
  • Tumeur bénigne : Une tumeur bénigne n’est pas un cancer.
  • Tumeur maligne : Voir cancer.
  • Tumorectomie : Opération du sein qui consiste à retirer l’anomalie au niveau du sein sans enlever le sein. Voir traitement conservateur, chirurgie conservatrice.

U

  • Ulcération : plaie parfois profonde, qui ne cicatrise pas facilement.
  • Urètre : canal qui part de la vessie et qui permet d’évacuer l’urine à l’extérieur.
  • Urétéroscopie : Technique consistant à introduire par voie rétrograde (urètre, vessie puis uretère) un endoscope afin de visualiser l’uretère jusqu’aux cavités rénales.

V

  • Vaisseau lymphatique : Canal par lequel circule la lymphe. Les vaisseaux lymphatiques forment avec les ganglions le système lymphatique. Les vaisseaux lymphatiques véhiculent la lymphe, liquide produit par le corps, dans lequel baigne l’ensemble des cellules.

 Ce lexique à été crée sur le site www.somht.com